fbpx
 Dans Conseils

Vous voulez gagner du temps et de l’argent en magasinant les chaussures, sandales ou bottes de vos minis ? Voici  5 erreurs à éviter !

1- Prendre une pointure trop grande

« Je ne comprenais pas pourquoi ma fille tombait tout le temps ! On croyait qu’elle avait un problème de hanche. On a même consulté un médecin. Pour finalement réaliser qu’on avait été mal conseillé dans un magasin et qu’on achetait toujours des chaussures trop grandes pour elle ! », nous confiait une maman, bien heureuse de nous découvrir.

Bien sûr, on veut que la chaussure de notre enfant lui fasse le plus longtemps possible. C’est une demande régulière et compréhensible de nos clients. Mais mieux vaut bien expliquer, comme nous le faisons chez Piétine, le maximum de jeu qu’il est préférable d’avoir, plutôt que de simplement donner l’impression de satisfaire le parent en lui disant : « prenez encore plus grand, le soulier durera plus longtemps ».

Car en prenant trop grand, l’enfant risque de s’enfarger, de tomber et se blesser. Et ne sera pas confortable. Le soulier doit donc être de la bonne taille pour le moment présent et pour les mois à venir.

Sans oublier qu’il faut savoir s’ajuster selon les marques : certaines sont faites petites, d’autres plus larges. Chez Piétine, on connaît toutes les différences d’une marque à l’autre pour bien vous conseiller et on mesure minutieusement les pieds des enfants.

2- « Mon enfant ne se plaint pas, je n’ai donc pas besoin de changer de souliers »

De 1 an à 5 ans, un enfant peut changer de 2 à 3 fois de pointures durant une année. C’est bien normal, puisqu’ils sont en pleine poussée de croissance! Les pieds des enfants sont tellement souples, que si les chaussures sont trop petites, leurs orteils se plieront. Or, pour les enfants, ce n’est pas un point sensible: ça ne les dérange pas et généralement, ils ne s’en plaindront  pas. Mais voulez-vous vraiment que votre enfant se promène avec des orteils croches dans son soulier ?

Chez Piétine, on peut facilement vous dire s’il est temps de changer de chaussures ou pas. De nombreux parents viennent d’ailleurs nous consulter pour cela: parfois on dira que l’enfant peut encore garder son soulier quelques semaines, et d’autres fois on conseillera d’opter pour une nouvelle paire. Notre objectif : vous faire dépenser moins mais mieux !

3- Acheter sans ses enfants

On sait très bien que ce n’est pas évident de magasiner avec des enfants, sans oublier l’heure de la sieste, donc les moments ne sont pas toujours propices. Mais mieux vaut trouver un petit 20 minutes que de devoir faire plusieurs échanges.

Même si la taille est correct, il se peut que l’enfant ne soit pas confortable dans la chaussure, ce que nous pouvons voir en quelques secondes en boutique. On pourra alors facilement proposer un autre produit qui conviendra à son pied. Le service personnalisé est une top priorité pour nous! Et on prend toujours le temps de bien servir nos minis clients. On adore ça !

Vous avez peur que votre enfant fasse une crise en boutique ? N’ayez crainte, on en a vu d’autres et on est habitué de servir nos joyeux bambins ! Nos minis clients se sentent d’ailleurs bien à l’aise dans notre boutique et c’est essentiel à nos yeux ! Psttt ! Nous avons tout plein de jouets à leur disposition !

4- Acheter à l’avance parce que c’est en solde

Qui n’a pas déjà craqué devant un produit en solde ou un produit coup de cœur ? Chez Piétine, on déconseille d’acheter un soulier pour l’enfant à l’avance, tout simplement parce qu’il est difficile de savoir quelle sera sa pointure d’une saison à l’autre, puisqu’on ne peut prévoir leur poussée de croissance.

Vous pensez économiser en achetant un produit en solde pour la saison prochaine ou l’année prochaine ? Le hic: si le produit ne fait pas au moment où l’enfant en a besoin ou ne lui convient que durant un mois, vous venez de perdre de l’argent !  On conseille donc d’acheter le soulier, la botte ou la sandale pour le besoin présent de votre mini, jusqu’à l’âge de 5 ans environ.

5- Croire que le soulier fera bien… éventuellement 

« C’est normal que l’enfant ait de la difficulté à insérer son pied dans le soulier mais une fois dedans, il est bien ! Oui, oui, c’est normal que ce soit rigide au début, ça va se détendre avec le temps ». Voilà ce qu’on a entendu dans une boutique grande surface, alors qu’une maman magasinait avec son fils et que la vendeuse/caissière répondait à ses questions. La maman a finalement acheté ces souliers. Mais on peut déjà vous prédire que l’enfant ne voudra pas les mettre ou ne sera pas bien dedans….

Si l’enfant n’arrive pas à insérer son pied dans la chaussure, qu’il faut forcer pour les enfiler, ne perdez pas votre temps et passez à une autre paire ! Et si le soulier est rigide, il ne se transformera pas par magie en un soulier souple !

Et vous ? Comment se passe le magasinage de souliers avec vos enfants ? 

Nadielle